absent


absent

absent, ente [ apsɑ̃, ɑ̃t ] adj. et n.
ausent XIIe; lat. absens, absentis
1Qui n'est pas (dans le lieu où il pourrait, devrait être), qui est éloigné (de ce lieu). Il est absent de son bureau, de Paris. Elle a été absente deux mois, pendant deux mois.
(Avec un nom d'action) Absent à (emploi critiqué), de (vx). Elle était absente à la réunion, au procès. « Il convenait que je fusse absent de votre mariage » (Hugo).
2Vx Qui est séparé (de qqn). « Quel chagrin lorsqu'il est absent de la personne aimée » (Fléchier).
3Absolt Qui n'est pas là où on s'attendrait à le trouver (lieu ou compagnie). « Comme le maître était absent, ils buvaient en pleine liberté » (Flaubert). Être porté absent. manquer. Dr. Qui est dans la situation juridique de l'absence.
N. Dire du mal des absents, des absentes. PROV. Les absents ont toujours tort (car ils ne sont pas là pour se défendre).
4(Choses) Être absent quelque part, dans un endroit, être absent de qqch. manquer . La gaieté est absente de cette maison. La ponctuation est totalement absente de ce texte.
5Fig. Qui ne porte pas attention à ce qui l'entoure, qui n'est pas à ce qu'il devrait faire. distrait, inattentif. Un air absent. rêveur.
⊗ CONTR. 1. Présent; attentif.

absent, absente adjectif (latin absens) Qui n'est pas en un lieu où on pourrait s'attendre à le trouver : Il est absent de son bureau. Qui manque, qui fait défaut à quelque chose, dans un lieu : Toute arrière-pensée n'est pas absente de son intervention. Qui semble rester étranger à la situation présente, qui est distrait : Il regardait le plafond d'un air absent.absent, absente (difficultés) adjectif (latin absens) Construction Absent de / absent à. Avec un complément de lieu, il faut dire absent de : il était absent de son travail. Avec un complément de temps, absent à est correct : il était absent à l'heure du déjeuner, à l'appel (= à l'heure de l'appel). Recommandation Acceptable dans le registre courant, la construction avec à suivi d'un complément de lieu doit être évitée dans l'expression soignée. ● absent, absente (synonymes) adjectif (latin absens) Qui semble rester étranger à la situation présente, qui est...
Synonymes :
- absorbé
Contraires :
- présent
absent, absente nom Personne qui n'est pas présente sur son lieu de travail ou qui n'est pas là où on pourrait s'attendre à la trouver : Il y avait de nombreux absents en raison de la grippe. Personne qui, éloignée de sa résidence habituelle, a cessé de donner de ses nouvelles depuis un temps assez long pour que son existence soit devenue incertaine. ● absent, absente (citations) nom Émile Augier Valence, Drôme, 1820-Paris 1889 Académie française, 1857 On ne doit que la vérité aux absents. Maître Guérin, III, Guérin Michel Lévy Philippe Néricault, dit Destouches Tours 1680-Villiers-en-Bière 1754 Académie française, 1723 Les absents ont toujours tort. L'Obstacle imprévu, I, 6, Nérine

absent, ente
adj. et n.
d1./d Qui n'est pas (dans un lieu). Je serai absent de chez moi jusqu'à lundi.
(S. comp.) Je voulais le voir, mais il était absent.
|| Subst. (Prov.) Les absents ont toujours tort.
d2./d Qui manque. L'inspiration est totalement absente de cette oeuvre.
d3./d Distrait. écouter d'un air absent.

⇒ABSENT, ENTE, adj. et subst.
I.— Sens propre
A.— Emploi adjectif
1. Constr. absolue
a) [En parlant d'une pers.] Qui n'est pas présent dans un lieu :
1. Pourquoi, avec nos dix doigts, n'en pouvons-nous pas faire autant? Comment ces lignes, mortes comme celles que nos enfants tracent sur le sable du rivage, peuvent-elles redire les paroles vivantes d'un homme absent ou parti dans l'Ouest?
S.-J. DE CRÈVECŒUR, Voyage dans la Haute Pensylvanie et dans l'État de New-York, 1801, p. 107.
2. Ainsi un nouveau peuple succède au peuple romain absent ou détruit. Les esclaves prennent la place des maîtres, occupent fièrement le forum, et dans ces bizarres saturnales, gouvernent par leurs décrets les Latins, les Italiens qui remplissent les légions.
J. MICHELET, Histoire romaine, t. 2, 1831, p. 112.
3. O chers êtres absents, on ne vous verra plus
Marcher au vert penchant des côteaux chevelus,
Disant tout bas de douces choses!
V. HUGO, Les Contemplations, t. 2, 1856, p. 424.
Rem. Ds cet ex., absent est appliqué par euphémisme aux morts (cf. absent subst.).
4. L'architecte étant absent, il voulut absolument faire visiter au jeune homme les travaux du calvaire, pour lesquels il se passionnait.
É. ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 174.
5. Ce fut le moment que choisit le châtelain, absent depuis une quinzaine, pour revenir de Paris et quérir les bons avis du notaire de X...
COLETTE, La Maison de Claudine, 1922, p. 135.
DR. CIVIL. (cf. inf. I B, emploi subst.) :
6. Si le mari est interdit ou absent, le juge peut, en connaissance de cause, autoriser la femme, soit pour ester en jugement, soit pour contracter.
Code civil des Français, 1804, p. 42.
7. Les exécuteurs testamentaires feront apposer les scellés, s'il y a des héritiers mineurs, interdits ou absens.
Code civil des Français, 1804 p. 187.
b) [En parlant d'une chose] Qui est non présent, manquant ou presque inexistant :
8. De combien de modifications, de degrés de force et de persistance, ne sont-elles donc pas susceptibles, ces habitudes de l'imagination et du sentiment, selon que l'objet est réel ou chimérique, nu ou enveloppé de nuages mystérieux, simple ou varié, absent ou présent, libre de tout obstacle ou environné de résistances!...
MAINE DE BIRAN, De l'Influence de l'habitude sur la faculté de penser, 1803, p. 106.
9. Il n'a pas assez lu de classiques en sa langue. Pas de rapidité ni de netteté, et il lui manque la faculté de faire voir; le relief est absent, la couleur même a une sorte de teinte grise.
G. FLAUBERT, Correspondance, 1853, p. 158.
10. La composition [de ce tableau] est nulle, le dessin rare, la couleur absente.
CASTAGNARY, Salons, t. 2, 1877, p. 288.
11. L'amour lui-même, qui selon la parole de Fénelon n'est pas fait pour « aimer », mais pour l'« aimé », l'amour peut être dans certains cas la vague anticipation divinatoire d'un objet absent ou inexistant...
V. JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, p. 241.
2. Constr. prép. Absent de
a) [En parlant d'une pers.]
[Le compl. est un inanimé] Non présent dans un lieu, dans une situation :
12. Bonaparte avait besoin d'être absent des affaires. Il se cacha dans la gloire comme un ange dans le soleil.
A. DE VIGNY, Le Journal d'un poète. 1829, p. 898.
13. — Il convenait que je fusse absent de votre mariage. Je me suis fait absent le plus que j'ai pu. J'ai supposé cette blessure pour ne point faire un faux, pour ne pas introduire de nullité dans les actes du mariage, pour être dispensé de signer.
V. HUGO, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 659.
14. En revanche, Pascal, absent de l'autre livre, apparaissait dans celui-ci, à titre de curiosité...
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Révolte, 1907, p. 523.
[Le compl. est une pers.] Vieilli. Qui est éloigné, n'est plus mêlé à l'existence de qqn :
15. C'est encore une amitié qui me quitte. Il est marié et, partant, absent de moi, quoi qu'il en dise.
G. FLAUBERT, Correspondance, 1846, p. 413.
16. Je regrette d'être absent de vous, car j'aurais joui de votre orgueil si beau. Vous savez que j'aime ce qui est rare, concentré, précieux, cristallin et total et vous pouvez computer ce que je perds à votre éloignement.
A. GIDE, P. VALÉRY, Correspondance, Lettre de P. V. à A. G., juin 1891, p. 94.
P. anal.  :
17. ... il n'est pas d'écrivain mieux occupé des mots que celui qui se propose à tout instant de les pourchasser, d'être absent d'eux ou bien de les réinventer. Ce serait peu encore : d'établir qu'il les a réinventés, d'apporter les preuves de son innocence.
J. PAULHAN, Les Fleurs de Tarbes, 1941, p. 145.
[Avec, dans la même constr., un compl. de lieu et de pers.] :
18. Inattentive (...) elle [Mme de Burne] devait songer à quelque chose (...) qui l'intéressait encore davantage, ce soir-là, que ses amis. Elle fit des frais cependant mais (...) elle les faisait par devoir (...) visiblement absente d'elle-même et de sa demeure.
G. DE MAUPASSANT, Notre cœur, 1890, p. 314.
19. Elle m'aime pour ce qui me manque. Absent comme je le suis de tout et même de moi, je lui change tout ce qui la tient prisonnière en fumée.
J. BOUSQUET, Traduit du silence, 1936, p. 103.
Rem. 1. L'absence traduit soit une non-présence qui est gén. phys. mais qui peut être aussi fictive (ex. 14); l'absent étant celui qui n'est pas mentionné; soit une non-participation (ex. 12). 2. Absent de + subst. animé est proche du sens fig. 1.
b) [En parlant d'une chose] Non présent dans, avec une idée de non-existence :
20. [le noir] est complètement absent des œuvres de Monet qui sont très souvent des effets de clair sur clair,...
C. MAUCLAIR, Les Maîtres de l'impressionnisme, 1904, p. 29.
B.— Emploi subst. masc. ou fém. Personne absente :
21. Tous les deux crurent que ce qu'ils avoient tant aimé, ne pouvoit être insensible à leur souvenir; ils ne purent concevoir que ces absents si regrettés, toujours vivants dans leurs pensées, eussent entièrement cessé d'être; qu'ils ne se réuniroient jamais à cette autre moitié d'eux-mêmes.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Essai historique, politique et moral sur les Révolutions, t. 2, 1797, p. 289.
22. L'oubli! Comment ce mot est-il si doux!
Il faut compenser l'absence par le souvenir.
La mémoire est le miroir où nous regardons les absents.
J. JOUBERT, Pensées, essais, maximes et correspondance, t. 1, 1824, p. 188.
23. Combien de fois, revenant, le soir, des quartiers bruyants avec l'aimable ami, confident trop complice de mes détestables progrès, sur ce Pont-des-arts, alors tout nouveau, où nous nous séparions, je m'écriai en lui désignant l'absente :« ah! c'est elle, c'est elle encore que j'aime le mieux, et qui saurait le mieux aimer! »
Ch.-A. SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, 1834, p. 77.
24. — Le bonheur! C'est le grand absent dont chacun parle comme s'il le connaissait de vue!
E.-M. DE VOGÜE, Les Morts qui parlent, 1899, p. 63.
Rem. Par euphémisme on désigne par absents les morts (ex. 21). L'absent peut être un inanimé personnifié (ex. 24). Remarquer la valeur affective du subst.
DR. CIVIL. Juridiquement ,,l'absent est celui qui, éloigné de sa résidence habituelle, a cessé de donner de ses nouvelles depuis un temps assez long pour que son existence soit devenue incertaine. Par opposition à l'absent proprement dit, on qualifie de non-présent celui qui n'est présent ni à son domicile ni à sa résidence, sans que son existence soit incertaine.`` (DALLOZ, Nouveau répertoire de droit, 1962, s.v. absence) :
25. 125. La possession provisoire ne sera qu'un dépôt, qui donnera à ceux qui l'obtiendront, l'administration des biens de l'absent, et qui les rendra comptables envers lui, en cas qu'il reparaisse ou qu'on ait de ses nouvelles.
126. Ceux qui auront obtenu l'envoi provisoire, ou l'époux qui aura opté pour la continuation de la communauté, devront faire procéder à l'inventaire du mobilier et des titres de l'absent, en présence du commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance, ou d'un juge de paix requis par ledit commissaire.
Code civil des Français, 1804, p. 26.
MILIT. Bon absent ,,jeune homme qui, sans excuse valable, ne s'est pas présenté devant le conseil de révision.`` (Lar. encyclop.).
PROVERBES
Les absents ont (toujours) tort  :
26. Les climats ardens consument trop vîte les souvenirs. Les dames y portent dans leurs affections un positif désespérant pour nous autres mélancoliques; c'est là que les absens ont tort, et qu'un chiffonnier sentimental serait bientôt relégué au garde-meuble.
V. DE JOUY, L'Hermite de la chaussée d'Antin ou Observations sur les mœurs et les usages français au commencement du XIXe s., t. 1, 1811, p. 174.
Les os sont pour les absents  :
27. On dit prov. les os sont pour les absens, pour dire que les personnes qui ne se rendent pas à table à l'heure fixe s'exposent à n'avoir que les restes des autres.
J.-F. ROLLAND, Dictionnaire du mauvais langage, 1813, p. 2.
II.— Au fig., emploi adj. [En parlant d'une pers., d'une fonction, d'un organe des sens] Qui ne prête aucune attention à une chose ou à une personne qui devrait normalement attirer l'attention; qui révèle ce manque d'attention.
1. Constr. absolue
a) [En parlant d'une pers.] :
28. Le malheureux, complètement bouleversé, laisse sa femme commander le souper et absent, étranger aux choses qui se disent, le front tout pâle, penché sur son assiette, fait tourner machinalement, dans son poing fermé son couteau de table, la lame en l'air.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, mai 1878, p. 1235.
Rem. On peut se demander si dans cet ex. absent n'est pas construit avec la prép. à.
29. Vers cette époque, ses amis remarquèrent un changement dans ses manières. Il était souvent distrait, comme absent. Il n'écoutait pas bien ce qu'on lui disait. Il avait l'air absorbé et souriant. Quand on lui faisait remarquer ses distractions, il s'excusait affectueusement.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Nouvelle journée, 1912, p. 1578.
b) [En parlant d'un organe ou d'une fonction révélateurs d'un comportement psychol.] :
30. ... et l'esprit tout absent, quoique les yeux ouverts, semblait suivre du cœur des songes dans les airs; ...
A. DE LAMARTINE, La Chute d'un ange, 1838, p. 870.
31. ... impassible, presque hautaine, elle écoutait, sans broncher, les paradoxes les plus monstrueux, souriait, l'air absent, les yeux perdus au loin.
J.-K. HUYSMANS, Là-bas, t. 1, 1891, p. 35.
2. Constr. prép.
a) Absent de + pron. pers. réfl. :
32. Je me remis machinalement à la fenêtre, fort désappointé, et regardant sans voir, comme lorsqu'on a une idée qui vous rend absent de vous-même.
R. TOEPFFER, Nouvelles génevoises, 1839, p. 143.
33. La visite eut lieu comme il avait dit; mais j'étais absent de moi-même. Je me laissai conduire et ramener, je traversai les cours, je vis les classes d'étude avec une indifférence absolue pour ces sensations nouvelles.
E. FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 63.
Rem. Cf. en outre sup. les ex. 18, 19, 27.
b) Absent dans (synon. de absent de). Vieilli  :
34. ... il est séparé de l'ensemble des êtres, il n'y a plus de contact; tout existe en vain devant lui, il vit seul, il est absent dans le monde vivant.
E. DE SÉNANCOUR, Obermann, t. 1, 1840, p. 92.
Rem. Dans l'ex. suiv. absent est en constr. absolue, dans votre présence se rapportant à il y a [dans votre présence « malgré votre présence »] :
35. Mon pauvre ami, il y a quelque chose d'absent dans votre présence qui me la rend plus insupportable que votre absence même. Au moins, le vide sera complet.
V. HUGO, Correspondance, 1848, p. 494.
c) Absent à. Dans ce cas, ce qui est absent est une notion abstr. :
36. Elle [la grandeur de Rimbaud] éclate à l'instant où, donnant à la révolte le langage le plus étrangement juste qu'elle ait jamais reçu, il dit à la fois son triomphe et son angoisse, la vie absente au monde et le monde inévitable, le cri vers l'impossible et la réalité rugueuse à étreindre, le refus de la morale et la nostalgie irrésistible du devoir.
A. CAMUS, L'Homme révolté, 1951, p. 115.
Prononc. :[], fém. [-]. Enq. ://, -t/.
Étymol. — Corresp. rom. : a. prov. absens; n. prov. absènt, assènt, aussènt; ital. assente; a. esp. absente; esp. ausente; port. absente, ausente; roum. absent.
1296 « qui n'est pas présent » (ds A. THIERRY, Monum. de l'hist. du Tiers-État, 1e S., i., 303 ds BARB. Misc. II, p. 94 : Reverent pere Guillaume, par la grace de Dieu eveske d'Amiens, absent...); 1305 « id. » (cité ds GIRY, Hist. de Saint-Omer, 449, Delboulle ds QUEM. s.v. :Lambert, Bonenfant et Gilles Brot luiz compaignons absens); [ausent, forme pop. 1. 2e moitié du XIIe s. « qui n'est pas présent » (ms. du XIVe s.) (Vie de Saint Evroult, 3893-3894, texte norm. ds BARB. Misc., II, p. 94 : Quer dan Noël, qui ert abbé, Ausent fu...); 2. XIVe s. « qui manque de (faire une chose), qui est défaillant (pour faire qqc.) », tour le plus souvent négatif, Brun de la Montagne, Richel. 2170, f° 51 r° ds GDF. : Je croy c'onques nus hons en chemin ne en sentes Ne vit en son vivant II plus belles jouvantes,... L'escu ont enchargié sans faire plus d'atantes, Au porter tout entour ne furent pas ausentes].
Empr. au lat. , -tis (part. prés. pris adj. du verbe abesse) « qui n'est pas présent » dep. Plaute (Rudens, 742 ds TLL s.v., 213, 63; cf. lat. médiév. « id. » ds Mittellat. W. s.v., 64, 39 sq.). Absent forme sav., ausent forme pop. avec vocal. de -b devant consonne; cf. absence et aucence (1318, Cart. de Troarn [Normandie], B. N. I, 10086, f° 89 v° ds GDF. Compl.), 2 emploi fig. de 1.
HIST. — Stab. sém. de ce mot qui s'est enrichi au cours des siècles tout en conservant ses sens anc. sauf 2 considérés auj. comme vx. A.— Adj. 1. En parlant d'animés « qui n'est pas présent, qui est éloigné de » a) Au propre « éloigné d'un lieu », 1re attest. 1296 (cf. étymol. 1); dans l'anc. lang., le mot semble avoir un sens assez large; il connaît une restriction au XVIIe et XVIIIe s. (FUR. 1690 — Ac. 1798) : « Qui est éloigné du lieu de sa résidence ordinaire ». « Éloigné, séparé de qqn » spéc. dans le vocab. galant (XVIe et XVIIe s.); sens disparu : Par le moyen de la nostre amystié Qui veut aussi que la moytié je sente Du deuil qu'aurez d'estre de moy absente. MAROT, Élégies, 3 (Hug.). b) Au fig. « distrait, inattentif », emploi toujours vivant : Son esprit est quelquefois absent. Ac. 1798. 2. En parlant d'inanimés « qui manque, inexistant », XVIIe s. mais ne figure pas dans la lexicogr. entre RICH. et BESCH. : Dangers absents. RICH. 1680. B.— Subst. (de NICOT 1606 à nos jours) : 1. Lang. jur. : 1752 « celui que l'on ne trouve point et de qui on fait le procès par contumace » (Trév.); ce sens a évolué (cf. sém.). 2. Lang. milit. (cf. sém.). 3. Expr. proverbiales : a) Les os sont pour les absents, de FUR. 1690 au XIXe s. (cf. sém.); b) Les absents ont toujours tort, de Ac. 1718 à nos jours.
STAT. — Fréq. abs. litt. :2 263. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 2 920, b) 3 826; XXe s. : a) 2 749, b) 3 420.
BBG. — BARR. 1967. — BOUILLET 1859. — DUPIN-LAB. 1846. — RÉAU-ROND. 1951.

absent, ente [apsɑ̃, ɑ̃t] adj. et n.
ÉTYM. XIIe, ausent; absent, 1296; du lat. absens, absentis.
1 Qui n'est pas où il, elle pourrait ou devrait se trouver normalement. || Il était absent de chez lui, j'ai trouvé porte close.Elle est absente pour deux mois, elle a été absente deux mois, pendant deux mois. || Pendant que je serai absent.
1 Et jamais l'Empereur n'est absent de ces lieux.
Racine, Britannicus, II, 6.
2 Vx. || Être absent de qqn, séparé de lui.
2 Dans les amants absents de leurs maîtresses l'image du plaisir et le désir coulent avec leur sang dans les veines et y excitent des transports et des représentations si vives qu'ils produisent souvent les mêmes plaisirs que l'amour lui-même.
Helvétius, Notes, maximes et pensées, p. 270.
3 Absolt. Qui n'est pas là où on s'attendrait à le trouver. || Le sous-directeur est absent.
3 Présente, je vous fuis; absente, je vous trouve.
Racine, Phèdre, II, 2.
4 Les charmes d'une maîtresse même absente assiègent vos yeux, sa voix assiège vos oreilles. Tout sert d'aliment à l'amour pour l'étendre et l'accroître (…)
Helvétius, Notes, maximes et pensées, p. 270.
Être porté absent. Manquer. || Voilà des années qu'il est absent et ne donne aucun signe de vie. Parti. || Être absent. Éloigné; inexistant.
5 (…) Et Charles lui semblait aussi détaché de sa vie, aussi absent pour toujours, aussi impossible et anéanti, que s'il allait mourir et qu'il eût agonisé sous ses yeux.
Flaubert, Mme Bovary, p. 120.
4 (Choses). || Être absent quelque part, dans un endroit, être absent de quelque chose : faire défaut. Manquer. || La gaîté est absente de cette maison. || La ponctuation est absente de ce texte.(Sans compl.). || Faire semblant de contempler une photo absente. Fictif.
5.1 (…) il a feint de consulter à son poignet une montre absente et il s'est éloigné, sans réfléchir davantage, dans la rue perpendiculaire.
A. Robbe-Grillet, Dans le labyrinthe, p. 124.
5 (Personnes). Qui ne porte pas attention à ce qui l'entoure, qui n'est pas à ce qu'il devrait faire. Distrait, inattentif. || Il reste distrait et comme absent. || Avoir l'air, l'esprit absent.(Avec un compl.). Littér. || Être absent de soi-même, absent à tout.
6 Était-ce le chagrin, comme ses filles le supposaient, qui avait fait de lui cet homme étrange, taciturne, comme absent de soi-même, qui semblait mener un autre destin que le sien, ce véritable étranger de la vie.
Edmond Jaloux, les Visiteurs, p. 12.
7 (Cet air) absent que les businessmen américains imposent, comme un uniforme, à tous les hommes d'affaires du monde, cet air qui donne à croire que l'on a de si grands soucis, de si hauts devoirs, de si remarquables projets, de si lourdes responsabilités.
G. Duhamel, Scènes de la vie future, p. 123.
(Choses) :
7.1 Il y avait dans sa voix, de même que dans son regard, quelque chose d'absent — comme s'il eût craint d'être engagé par ses paroles, ou si ce qu'il allait dire l'eût à peine distrait d'une méditation.
Malraux, Antimémoires, Folio, p. 35.
6 N. || Les absents et les présents (→ 1. Présent). || Dire du mal des absents. || Condamner un absent, une absente ( Contumace). — ☑ Loc. proverbiale :
8 Les absents ont toujours tort.
Ph. Destouches, l'Obstacle imprévu, I, 6.
Par euphémisme. Mort. || Pleurer un absent.En emploi adjectif, dans ce sens :
8.1 O chers êtres absents, on ne vous verra plus
Marcher au vent penchant des coteaux chevelus
Disant tout bas de douces choses !
Hugo, les Contemplations, IV, 17.
Dr. Qui est dans la situation juridique de l'absence. || Un mari interdit ou absent.
9 Le tribunal (…) commettra un notaire pour représenter les présumés absents (…)
Code civil, art. 113.
Milit. || Bon absent : jeune homme qui ne s'est pas présenté devant le conseil de révision, sans présenter d'excuse valable, et qui est censé être bon pour le service.
CONTR. Présent. — Attentif.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • absent — absent, ente (a bsan, san t , ou, suivant la prononciation réelle, a psan) adj. 1°   Qui n est pas présent. Être absent. Absent par congé. Vous avez été longtemps absent. •   C est donc ainsi qu absent vous m avez obéi, MOL. Éc. des f. II, 2.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • absent — ABSÉNT, Ă, absenţi, te, adj. 1. Care nu e de faţă, care lipseşte. 2. fig. Care nu este atent la ce se petrece în jurul lui; distrat. – Din fr. absent, lat. absens, ntis. Trimis de ana zecheru, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  absént, ă adj. 1. care… …   Dicționar Român

  • Absent — Ab sent, a. [F., fr. absens, absentis, p. pr. of abesse to be away from; ab + esse to be. Cf. {Sooth}.] 1. Being away from a place; withdrawn from a place; not present. Expecting absent friends. Shak. [1913 Webster] 2. Not existing; lacking; as,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • absent — I adjective absorbed, abstracted, astray, away, bare, bemused, blank, deficient, devoid, elsewhere, faraway, flown, gone, heedless, lost, missing, not present, nowhere to be found, null and void, preoccupied, removed, vacant, vacuous, wanting… …   Law dictionary

  • absent — UK US /ˈæbsənt/ adjective ► HR not at work or at the place where you are expected to be: absent from sth »Anna s been absent from work for four days with flu. ► not existing in a particular place: absent from sth »Any mention of prices is… …   Financial and business terms

  • absent — ABSENT, [abs]ente. Adj. Qui est éloigné de sa demeure ordinaire, qui est éloigné du lieu où il devroit estre. Vous avez esté long temps absent. il reçoit ses distributions tant absent que present. tandis qu il estoit absent de la Cour. ce… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • absent — Absent, m. acut. Est pur Latin. Absens, Estre absent, Abesse. Faire quelque chose pour aucun absent, Absentis alicuius negotium gerere. Il n y a rien pour les absens, Absentum ratio non habetur. Il gaigne autant absent que present, Absentis… …   Thresor de la langue françoyse

  • absent — [ab′sənt; ] for v. [, ab sent′, əbsənt] adj. [ME < OFr < L absens, prp. of abesse < ab , away + esse, to be: see IS1] 1. not present; away 2. not existing; lacking 3. not attentive; absorbed in thought vt. to keep (oneself) away …   English World dictionary

  • Absent — (lat.), abwesend. Das Absent, in Bayern der Teil des Pfarreinkommens, den ein resignierender Pfarrer sich vorbehält als eine vom Nachfolger an ihn zu zahlende Pension. Absentenliste, Verzeichnis der Fehlenden. Absentation, Absentierung,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • absent — [adj1] not present astray, away, AWOL*, elsewhere, ghost, gone, hooky*, missing, nobody home*, no show*, removed, vanished; concept 583 Ant. attending, existing, present absent [adj2] deficient in something needed or usual bare, blank, devoid,… …   New thesaurus


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.